menu

GRCS RA Groupement régional des centres de santé en Rhône-Alpes Auvergne

GRCS-RA Groupement régional des centres de santé - Rhône-Alpes Auvergne

AccueilActualitésLes coups de cœur de la journée annuelle : le centre de santé planétaire ouvre ses portes à Bron !

Les coups de cœur de la journée annuelle : le centre de santé planétaire ouvre ses portes à Bron !

Publié le 15/11/2022 dans En région, Témoignages

Santé planétaire… ? Allons à la rencontre de Gwenaëlle Ferré pour comprendre plus précisément ce que cela signifie !

Peux-tu nous expliquer le projet de ce centre de santé ?

Le centre de santé, qui a ouvert ses portes ce mardi 15 novembre, a construit son projet de santé autour de 4 axes : 

  • la participation des usagers et la lutte contre les inégalités sociales de santé
  • le déploiement du projet écologique de manière transversale 
  • un partenariat fort avec le Centre Médico-Psychologique du Vinatier
  • une prévalence de la question de genre et de santé, sexualité

Concrètement, ça veut dire quoi déployer le projet écologique de manière transversale ?

C’est la santé planétaire. Peut-être que c’est important d’en donner la définition : 

La santé planétaire est un domaine médical fondé sur les preuves, centré sur la caractérisation des liens entre les modifications des écosystèmes dues aux activités humaines et leurs conséquences sur la santé. Son objectif est de développer et d’évaluer des solutions pour contribuer à un monde équitable, durable, et sain.

La définition se trouve sur le site du Collège de médecine générale : c’est vraiment important pour nous de bien rappeler que la santé planétaire est basée sur les preuves, que c’est une démarche scientifique. 

Notre objectif est donc de promouvoir la santé planétaire, d’en transmettre les enjeux. Ceci, à la fois dans les pratiques du Centre de santé, mais aussi dans nos relations avec les usager·ère.s et les partenaires.

Comment cela va se traduire ?

Par la mise en oeuvre une démarche écologique transversale : nous avons structuré cela autour de 4 points :

  1. La transformation des pratiques de soignants et des équipes en général. Cela commence par les locaux, avec par exemple l’installation de micro vannes pour les robinets pour éviter les gaspillages.  Nous allons aussi vers le zéro déchets en soin, en nous questionnant sur l’usage du plastique à usage unique, ce qui n’est pas aussi simple, parce que ça soulève d’autres questions. Par exemple, pour les examens gynécologiques, le spéculum plus confortable est en général celui en plastique : on se questionne donc collectivement sur comment articuler au mieux notre axe écologique et notre axe genre/santé. 

Cette transformation se travaille également avec les patients : nous allons travailler sur des éco-prescriptions, en concevant et en mettant à disposition des documents d’information sur le bon usage des médicaments et leur cycle de vie en salle d’attente et les commenter en consultation. Puis, il faut discuter de balance bénéfice risque de chaque médicament avec les patients et la réévaluer régulièrement au vu des dernières données de la science. Il est possible aussi de proposer des alternatives non médicamenteuses validées et sans risque pour les situations de soins courantes. Enfin, prescrire à bon escient et accompagner la reprise d’une activité physique adaptée de façon préventive comme curative.

Ce qui fait le lien avec le développement d’un gros projet qui seront les prescriptions de nature. La prescription de nature vise à établir l’exposition à la nature comme un nouveau pilier de la santé. Il s’agit donc de développer un projet dont l’objectif est de mettre en place un protocole de prescription de nature tenant compte des données de la science, en rapport avec le territoire, co-construit avec les usager·ère.s et en lien avec un laboratoire de santé publique. 

Ces ordonnances nature ne peuvent s’improviser : ce n’est pas facile pour tout le monde d’organiser une randonnée, il faudra accompagner, guider. Je ne sais pas encore comment cela va se traduire, mais j’ai hâte qu’on commence à y réfléchir et à les mettre en œuvre !

  1. Développer des projets d’éducation pour la santé qui produisent des co-bénéfices sur l’ environnement, tout en développant le pouvoir d’agir des habitants notamment sur les liens sur les changements climatiques. Cela va se traduire par des balades sensibles avec des habitants mobilisés – c’est une démarche outillée et guidée – l’identification de lieux favorables, des aménagements participatifs dans le centre,…Nous avons deux jardins : le premier jardin sert de salle d’attente extérieure, pensée comme un vrai lieu de vie (pour éviter les contagions, éviter une surexposition des écrans, …).  Le second jardin est favorable à la biodiversité, ce sera un lieu de détente pour l’équipe, mais aussi un lieu pour penser et faire des ateliers – autour du bien-être, de l’alimentation, de sport, etc…et créer une tisanerie .
  2. Des “aller vers” réguliers autour des questions de santé et de santé planétaire, en étant toujours mobilisés sur le recueil des besoins, la réponse aux questions, les alternatives, la création de temps de paroles, etc…
  3. Enfin, dans un second temps peut-être nous serons un centre de ressource mais aujourd’hui c’est prématuré d’en parler !

C’est un projet stimulant et ambitieux ! De quels moyens disposez-vous ?

Nous sommes un centre de santé communautaire, nous répondons donc à des appels à projets. La santé planétaire nécessite précision : il est important de rappeler qu’il s’agit d’une démarche fondée sur les preuves. Et nous avons besoin également de nous assurer que nous sommes toujours bien ancrés dans cette volonté. Nous avons donc recruté Océane, qui est à la fois notre responsable administrative et financière, et à la fois 40% de son temps est consacré au suivi de l’application de la santé planétaire. Elle a été formée spécifiquement pour cela.

As-tu connaissance d’autres centres de santé planétaire en France ?

Il me semble que nous sommes les premiers centre de santé à nous lancer dans une démarche globale. A Lyon, il y a un collectif important de praticiens planétaires et c’est d’ailleurs comme cela que le centre est né : l’un des médecins a donné son accord pour s’investir dans la création du centre de santé, à condition qu’il soit planétaire !

Nous avons envie de parler de notre expérience, de transmettre : on vous donne rendez-vous dans quelques mois pour un premier retour d’expérience !

 

Pour en savoir plus sur la santé planétaire : site du Conseil de Médecine générale : https://lecmg.fr/sante-planetaire-gt/

Alliance de santé planétaire : https://alliancesanteplanetaire.org/sante-planetaire

partager sur facebooksur twitterimprimer la pagepar courriel