menu

GRCS RA Groupement régional des centres de santé en Rhône-Alpes Auvergne

GRCS-RA Groupement régional des centres de santé - Rhône-Alpes Auvergne

AccueilActualitésL’actualité en bref : instruction relative à la mesure « 400 postes de médecins généralistes dans les territoires prioritaires”, circulaire du 22 janvier 2019 relative à la mise en œuvre de la mobilisation nationale pour les habitants des quartiers

L’actualité en bref : instruction relative à la mesure « 400 postes de médecins généralistes dans les territoires prioritaires”, circulaire du 22 janvier 2019 relative à la mise en œuvre de la mobilisation nationale pour les habitants des quartiers

Publié le 27/03/2019 dans Info centre de santé

Deux textes sont parus en ce début d’année 2019 qui soutiennent la création de postes en médecine générale en centre de santé dans les territoires prioritaires. A l’instruction du 6 février 2019 relative à la mise en oeuvre de la mesure « 400 postes de médecins généralistes dans les territoires prioritaires” s’ajoute la circulaire du 22 janvier 2019 relative à la mise en œuvre de la mobilisation nationale pour les habitants des quartiers qui inscrit le doublement du nombre de centres de santé en quartiers prioritaires politique de la ville d’ici 2022.

L’Instruction du 6 février 2019 relative à la mise en oeuvre de la mesure « 400 postes de médecins généralistes dans les territoires prioritaires” décline en deux volets la mesure “400 médecins” qui a pour objectif d’apporter une réponse immédiate aux problèmes d’accès aux soins que connaissent certains territoires.

Le premier volet de cette mesure se concentre sur le déploiement de postes de jeunes médecins généralistes à exercice mixte, partagé entre une structure hospitalière et un exercice ambulatoire (dans un cadre libéral ou salarié). En Auvergne Rhône-Alpes, au minimum 20 assistants partagés relevant de ce volet devraient être recrutés dans les mois à venir. Un appel à candidature va être lancée par l’ARS que le GRCS Auvergne Rhône-alpes relayera. Le recrutement de ces médecins par un établissement de santé quelque soit son statut privé, public, ESPIC, établissements médico-sociaux, et par une structure d’exercice regroupé s’adresse à tous les médecins ayant validé leur diplôme d’études spécialisées de médecine générale (DES) et ayant soutenu leur thèse mais cible prioritairement les jeunes médecins à la sortie de leur cursus de troisième cycle en novembre 2019.

Le deuxième volet correspond à un soutien financier apporté aux acteurs susceptibles de proposer des postes de médecins généralistes salariés dans les territoires prioritaires. Il s’agit d’une garantie de ressources pour une durée de deux ans calculée pour couvrir l’éventuel déséquilibre entre le coût salarial total du médecin et le montant total généré par les actes qu’il réalise. Pour les centres de santé de la région, il s’agit d’une reprise du dispositif déjà existant de soutien à la création de postes en médecine générale avec de légères adaptations telle que la rémunération complémentaire à 25 euros l’acte.

Pour ces deux volets, l’implantation en zone d’intervention prioritaire, en zone d’action complémentaire, ou quartier politique de la ville est requise pour bénéficier des dispositifs.

partager sur facebooksur twitterimprimer la pagepar courriel